rénovation énergétique gouvenement

Le gouvernement lance un plan de lutte contre les fraudes à la rénovation énergétique. Avec cette initiative le gouvernement veut combattre les contrefaçons, les constructions défectueuses et les pratiques commerciales douteuses (telles que des démarchages téléphoniques abusifs) qui abîment l’image d’un secteur du bâtiment en reconversion écologique. 

Le label RGE va être renforcé, les entreprises mieux formées et les consommateurs plus informées. Voilà en somme ce que prévoit le gouvernement pour le label Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) et qui doit redonner confiance aux consommateurs.

Le label certifie les entreprises qui peuvent faire bénéficier à leurs clients des aides publiques dédiées aux normes environnementales. La tâche est importante quand on connait l’objectif des 500 000 logements rénovés par an ! Depuis plusieurs mois maintenant de nombreux cas de fraudes et de contrefaçons sont relevés un peu partout en France, ce qui risque d’effrayer de nombreux propriétaires éligibles aux nombreuses aides à la rénovation énergétique.

Près de 1800 plaintes ont été déposées à la direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF), soit une augmentation de 20% par rapport à l’année dernière. 

Le gouvernement a cependant expliqué que seulement 2% des chantiers sont non-conformes. Les quelques acteurs frauduleux portent à mal tout un secteur. C’est pourquoi le gouvernement cherche à tuer dans l’œuf des pratiques qui pourrait se montrer très pénalisantes à terme.

« Actuellement les entreprises qui demandent le label RGE sont contrôlées sur un chantier de leur choix, nous allons faire en sorte que ce soit les organismes de contrôles qui choisissent le chantier qu’ils veulent contrôler. »

Julien DenormandieMinistre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement

Rappelons que la rénovation énergétique est un des engagements important du gouvernement, visant la neutralité carbone en 2050. Le secteur du bâtiment, un des acteurs phare de la transition énergétique, représente un quart des émissions de CO2 en France.

L’impact de la rénovation énergétique n’est pas des moindres car elle influe directement sur la protection de l’environnement, mais également sur le dynamisme économique local, la qualité et le niveau de vie, ainsi que sur le pouvoir d’achat.

Le gouvernement rappel aussi que le marché de la rénovation énergétique des bâtiments représente un chiffre d’affaire de 31 milliards d’euros par an, ainsi que plus de 218 000 emplois dans de nombreux secteurs d’activités liés au bâtiment.

Source : Cohésion-territoires.gouv.fr

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *